Voyages

Mes impressions lors de mon arrivée en Inde

Voilà maintenant 2 mois que je me trouve en Inde et je suis désormais sûre que cette expérience unique change peu à peu ma façon de voir le monde. Suis-moi sur Instagram pour suivre mes aventures, je montre en story les dessous de mon voyage en Inde. La culture indienne, ma mission en tant que volontaire ou encore le fait de vivre temporairement loin de son pays font que je me sens grandir chaque jour, je me découvre et je trouve de nouvelles réponses à mes questions (parce que oui je me pose toujours des questions du genre, quelle est ma place dans le monde, qu’est ce que je veux faire de ma vie : le genre de question auxquelles tu ne réponds pas en 1 heure même en étant déterminé).

Il n’est pas encore l’heure du bilan mais je voulais vous parler aujourd’hui de mes impressions lors de mon arrivée en Inde. J’ai mis longtemps avant d’écrire cet article car j’ai mis beaucoup de temps pour définir ce que je ressentais lors de mon arrivée. En partant en Inde, je m’été préparé à voir des choses nouvelles, des choses auxquelles je n’avais pas être habituées, des choses qui pourraient me choquer. J’avais déjà pu échanger avec des jeunes qui avaient vécu la même expérience que moi afin de me préparer au mieux car on m’avait prévenu que le choc pouvait être brutal.

En descendant de l’avion, je découvre qu’il fait plutôt chaud (45°C). Une fois sortie de l’aéroport je rencontre le chauffeur de l’association qui nous attend avec son petit tracassin, soit une petite camionnette avec des banquettes. Le ton est donné. S’en suit 30 minutes de voiture avant de rejoindre notre logement (qui est aussi l’école dans laquelle nous travailleront). Le trajet est haut en couleurs, nous découvrons les animaux en liberté, l’insalubrité des rues, la pauvreté omniprésente, le manque d’insfrastructures,…

A lire aussi : MON ARRIVEE EN INDE

Durant les premières semaines, je regarde sans trop penser en me disant que les choses sont comme cela. J’essaye de changer mon regard face aux choses et de ne pas voir ce qui m’entoure avec mon regard d’occidental. Certaines choses me choquent mais au bout de quelques semaines, je suis surprise d’arriver m’adapter à cet environnement tout en pensant qu’il y a tant à faire pour faire bouger les choses. Heureusement je ne suis pas venue là pour rien !

Travailler à l’association est un véritable plaisir, je découvre qu’avec ma seule présence et ma bonne humeur je peux faire sourire et rire des enfants qui n’ont pas une vie facile, dont les parents sont morts, en prison, ou en incapacité de s’occuper d’eux. Je découvre leur joie de vivre, leur insouciance, leur envie d’apprendre car malgré tout ça, ce sont des enfants curieux, qui aiment faire des blagues, jouer avec leurs copains et ont des rêves plein la tête. Je ressens leur amour à pleine puissance et je crains déjà le déchirement lors de mon retour en France.

En partant en Inde, je pensais que ce type de voyage étéréservé aux personnes les moins sensibles et qu’étant une personne sensible j’allais avoir beaucoup de mal à m’adapter. Je suis désormais certaine que la sensibilité n’est pas un handicap mais qu’il est nécessaire de prendre du recul face aux choses et d’accepter l’ordre des choses car on ne peut pas changer le monde en étant volontaire 2 mois.

Il est clair que chacun a un ressenti très différent face aux choses qu’il voit, qu’il vit mais il me tenait à cœur de vous parler de mon ressenti face à cette expérience pas si commune. Je sais que vous êtes nombreux à être intéressés par mon voyage et même que certains envisagent de vivre une expérience comme la mienne. Sachez que tout est possible ! Un peu d’organisation et de détermination et le tour sera joué ! Vivez vos rêves !

N’hésites pas à me suivre sur Instagram et à t’abonner au blog pour suivre mes aventures ! 

J’espère que cet article t’a plu et qu’il t’aura inspiré ! Si c’est le cas, n’hésite pas à liker et partager l’article. N’hésite pas à me dire en commentaire ce que tu as pensé de l’article et si un article sur les démarches pour faire du volontariat à l’étranger t’intéresse.


Plein de poutoux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *